top of page
Rechercher

Les enfants "Neuro-atypiques"




Qui sont ces enfants ?

« Neuro-atypique » un mot barbare…


Moi Sarah, je vais vous raconter une histoire; un exemple d’«enfant des étoiles», comme j’aime à les appeler (les enfants avec la tête dans les étoiles).

Cette histoire, j’ai dû non seulement intervenir, mais aussi totalement m’y investir.

C’est l’histoire d’un enfant qui a constamment la tête dans les étoiles. Un enfant ne comprenant pas qu’on lui donne des ordres sans explication, un enfant qui ne supporte pas l’injustice, un enfant qui a peur et qui ne comprend pas le jugement, un enfant qui a passé son temps à se faire juger sur son physique.


Cet enfant était constamment pointé du doigt par ses professeurs… Et pour quelles raisons ? Incapable de rester assis sur une chaise, toujours à regarder par la fenêtre à contempler les arbres, les oiseaux, le vent… Sisi le vent, le souffle du vent, à se demander ce que font les gens dehors, à rêver tout simplement rêver, à se demander s’il y a une vie possible en dehors de ces murs. Des rêves constamment interrompus par des réflexions comme : « Arrête de rêvasser », « Concentre-toi », « Tu n’écoutes pas, puis ensuite tu vas te plaindre de tes résultats ». Pourquoi tant de jugement et de violence dans les mots venant d’adultes ?


Les parents de cet enfant étaient constamment convoqués avec des motifs comme : feignantise, insolence, incapacité de rester assis, alors que selon moi le vrai motif étant d’être un enfant différent avec des besoins différents.

Entendre chaque jour : « Tu ne feras rien de ta vie », « Tu es mal parti dans la vie », « Tes parents t’ont mal éduqué », « Tu mérites des corrections » … Chaque mot était synonyme de violence verbale et s’imprégnait dans son être et son petit corps d’enfant.


Les mots ont un impact important, et bien souvent sur le long terme. Il ne s’agit peut-être pas de violence physique mais les mots s’imprègnent littéralement et ces mots restent telle une emprunte. Ils hantent l’esprit de l’enfant tel un fantôme du passé au point où ils finissent par croire ou se demander si ces adultes avaient raison :

« Suis-je bête? », « Suis-je mal éduquée? », « Suis-je nul ? »

L’impact est-elle quand grandissant le travail de libération émotionnelle et de cheminement personnel devient conséquent.

Alors vous, en tant que parent, en tant que professionnel, en tant que grand-frère ou grande sœur, faites-vous attention aux mots que vous employez ? Prenez-vous le temps de dialoguer avec eux ?


Imaginez ou rappelez-vous d’un moment où vous prenez-le temps de peser vos mots, de réfléchir à vos mots et même si ces mots sont dits avec intensité ou brutalité, à y revenir avec courage et responsabilité en demandant à l’enfant ce qu’il a compris et en reprenant chaque mot avec lui.


Vous allez peut-être me dire « Mais on n’a pas le temps, on travaille, on cuisine, on fait les devoirs, etc… », ou « Il y a trop d’enfants à gérer, on doit aller à l’essentiel » …

Et si c’était justement cela l’essentiel ? En prenant le temps pour votre enfant ou pour cet enfant, sachez que vous prenez aussi le temps pour vous, vous prenez le temps de construire ce que vous n’avez pas forcement eu, vous prenez le temps d’aider à construire la confiance d’un enfant, l’amour d’un enfant et la maturité d’un enfant.

Alors allez-vous prendre le temps ?


Et si on revenait à ma petite histoire du début…

Vous avez peut-être envie de savoir comment va cet enfant, ce qu’il est devenu et comment il s’en sort dans la vie ?

Et bien figurez-vous qu’il est tout simplement derrière cet écran à vous écrire et à vous communiquer de belles et merveilleuses paroles au sujet de sa propre personne et de son propre parcours.


Cet enfant qui a su se relever avec le temps, qui est devenu un adulte avec un cœur d’enfant, une âme d’enfant et qui fait maintenant « des enfants des étoiles » sa propre bataille.

Cet enfant qui a lutté avec lui-même avec ces adultes ainsi que sa propre famille. Cet enfant qui a pensé « Je veux être comme les autres », « Je veux être normal », « Je veux arrêter de souffrir » …

Cet enfant qui a consulté toutes sortes de professionnels, en tournant en rond sans se sentir compris et sécurisé… Cet enfant qui a plusieurs fois pensé « je veux quitter cette terre pour rejoindre le ciel » ...

Cet enfant qui après avoir passé son temps à chercher la solution dans l’autre a fini par découvrir que celle-ci se trouve en soi, dans la conscience et la compréhension de soi, dans l’estime de soi mais surtout dans la vulnérabilité et l’authenticité, en arrêtant de se cacher et tout simplement commencer à briller et ainsi éclairer et émerveiller autour de soi.


Le chemin est encore long et loin d’être terminé mais seule la justesse compte.

Être et continuer de briller tel est le chemin de la vérité.


Maria Montessori a dit :

“Libérez le potentiel de l’enfant, et vous transformerez le monde avec lui” !


Alors allez-vous prendre le temps ?




Malek Sarah Coach en pédagogie adaptée (méthode Kahuna)


.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

NEWS

Comments


bottom of page