top of page
Rechercher

La Musique et le monde du Travail : Article 1 "La Dominante"




Je suis coach professionnel / musicotherapeute. La relation d'accompagnement en entreprise et la musique sont mes deux passions. Le temps, vécu comme suspendu pendant le confinement m'a amené à m'interroger sur les liens qui pouvaient exister entre ces deux passions.

J’ai rapproché ces deux domaines et je partage dans cet article ma vision du reflet du monde du travail dans la musique.


ARTICLE 1 : Cette semaine, je commence par le 19ème siècle qui est une période de profonds changements et d’instabilité politique.


  • 1841 : l’interdiction du travail des enfants

La France est gouvernée par le roi Louis-Philippe. Un régime parlementaire est en place. En pleine révolution industrielle, la France fait travailler les enfants dans les mines, dans les usines, etc.

Main d’œuvre peu chère et reléguée aux tâches subalternes, les enfants sont souvent victimes de maltraitances.

Il faut attendre 1840 pour que les premiers débats sur la règlementation du travail des enfants arrivent : le rapport du docteur Villermé publie un tableau de l’état physique et moral des ouvriers dans lequel il décrit les conditions atroces de travail des enfants.

  • 1864 : le droit de grève est accordé sous certaines conditions

  • 1884 : Loi Waldeck-Rousseau sur les syndicats professionnels

  • 1892 : Création de l'inspection du travail

  • 1893 : Loi sur la sécurité du travail

  • 1894 : Loi sur les retraites ouvrières

  • 1898 : Loi sur l'indemnisation des accidents de travail


Parallèlement la musique se démocratise au rythme de la mécanisation industrielle. Cette dernière permet une accélération de la production des instruments : le piano droit arrive dans les foyers ainsi que le métronome en 1813.

L'individu s'approprie la musique qui devient le réceptacle des consciences sociales et politiques.

Comme l’écrit Georges Sand dans Consuelo « On a dit avec raison que le but de la musique, c’était l’émotion. Aucun autre art ne réveillera d’une manière aussi sublime le sentiment humain dans les entrailles de l’homme, aucun autre art ne peindra aux yeux de l’âme, et les splendeurs de la nature, et les délices de la contemplation, et le caractère des peuples, et le tumulte des passions, et les langueurs de leurs souffrances. Le regret, l’espoir, la terreur, le recueillement, la consternation, l’enthousiasme, la foi, le doute, la gloire, le calme, tout cela et plus encore, la musique nous le donne et nous le reprend …»

  • Beaucoup de compositions musicales ont pour sujet Prométhée (Titan de la mythologie Grecque). Symbol fort de cette époque il donna aux hommes le feu et la capacité de marcher pour les différencier des animaux.

Le mouvement du symbolisme en réaction à un monde de plus en plus matérialiste.


  • L'opérette avec Offenbach met en scène une satire de la vie quotidienne française.

  • La musique se diffuse aussi bien dans les salons où l’on chante pour ses invités que dans les salles de concert dans lesquelles les orchestres prennent une toute autre dimension et se structurent : les 467 instrumentistes et 360 choristes, l’orchestre idéal de Berlioz, la notion de premier violon.

- L’Etat met en place les conservatoires : la musique s’enseigne avec méthode avec la volonté de toucher le plus grand nombre.

- L'ouverture au monde avec l'arrivée du tourisme et l'émergence de nouvelles sonorités (L'Amérique, les pays Slaves, l'Espagne...)

La musique devient l'un des arts qui cristallise la revendication. Elle se veut porteuse des actes sociaux. On l'utilise pour exprimer les conditions de travail et la vie du quotidienne. Le monde du XIX veut exprimer, se structurer, s’approprier son quotidien dans la révolte des passions.


Quelques morceaux de l'époque :

  • Ludwig van Beethoven op 43 les créatures de prométhée 1809

  • L’Hymne à la joie 1824 de Ludwig van Beethoven/

  • Amazing Grace 1835 de John Newton/

  • Le Régiment de Sambre et Meuse 1867 de Paul Cézano et Robert Planquette/

  • Va Pensiero 1842 de Giuseppe Verdi/

  • Le boudin de 1850 chant de la légion étrangère/

  • Le Temps des cerises de 1867 de Jean-Baptiste Clément et Antoine Renard/

  • La commune de 1871 sur un air des carriers de Pierre Dupont

  • En passant par la Lorraine de 1885 anonyme/

  • L’Internationale 1888 Eugène Pottier et Pierre Degeyter/

  • Happy Birthday de 1893


Yannick DANIEL



11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

NEWS

Commentaires


bottom of page